Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saponaires, misères et cie

Toute cette année, pfiou ! Y'aurait trop à dire, raconter narrer et, nantie de 3 adorables bambins garçons, je ne puis m'éterniser et je n'ai même pas pris le temps de revenir, mais là, il va s'passer des trucs, forcément.....

Déjà, comme j'ai 40 ans*, j'ai décidé de véritablement me lancer dans le show-business

Mais non, c'était une private joke à destination d'une amie créatrice que j'aime très beaucoup et, par extension, à sa famille, à son papa...... 

En vérité il s'agit d'Économie Sociale et Solidaire, un domaine qui existe depuis un certain temps et qui privilégie des valeurs que je partage totalement. Ainsi, soit en tant que salariée, soit comme entrepreneuse, je souhaite intégrer une entreprise arborant ces couleurs, ces déterminations et ces espoirs. Pas moyen de faire autrement, pour la rebelle que je suis, on le sait bien ! Pour l'instant je ne suis guère en possession de la fameuse liste des entreprises IN ESS.

Alors en attendant, je monte une recyclerie à tendance végétale, enthousiasmée par l'engouement d'un jardinier un peu fou mais pro et volontaire qui croit tellement (sans ricaner, donc) à mon projet qu'il souhaite y adjoindre un Biodrive.

Ce dernier vendra et cultivera sur place des légumes, fruits (selon la saison) et aromates bio, soit sur le toit plat d'un bâtiment, soit sur le plancher des vaches, toujours hors sol.

Le but de ces deux structures est simple et réponds à des besoins clairement :

-  vendre à tous pour moins cher qu'ailleurs (le bio pour tous, et même des légumes oubliés, anciens),

- être proche des transports en commun et station de vélos si possible (accessibilité géographique),

- donner l'envie aux gens de manger des légumes et d'acheter meubles, objets ou végétaux recyclés, en s'impliquant dans un projet de région qui vise le 0% de déchets (bonnes pratiques en développement durable, gestion différenciée...)

 

D'autre part j'ai rencontré dans le coin une jeune femme qui, tombée malade musculairement récemment, ne peut continuer de gérer seule son jardin et propose des boutures en échange d'un peu d'aide. On s'entend bien, sensibles au vivant, au végétal. J'irais la voir dès que les loupiots auront repris l'école.

 

Et puis la folie bouturesque m'a reprise et si la jungle débute "à peine" dans mon bureau de "quelques" misères, plectranthus, chlorophytum, pothos, dracaena et cie (puisqu'il ne faut pas trop végétaliser sa chambre au risque d'être asphyxié, snif, je me serais bien fait un baldaquin en Monstera Deliciosa..... ), elle s'intègre, pour les vivaces, fort bien en extérieur, et sans atteindre à l'intégrité de mes charmants voisins et de ma douce propriétaire. Sachant que là right now, les températures basses se font largement sentir, nous verrons bien qui tient le coup !

 

Belles fêtes de fin d'année !

 

 * et, ENFIN, plein de dents !! Disons assez pour cesser d'effrayer mon entourage et moi-même, c'est déjà ça, c'est déjà ça, lala lala.... ;-)

Commentaires

  • Coucou ma Mu,
    ahh j'adore lire que tout va bien et que ta passion pour le végétal est toujours aussi présente !
    ah tiens, figure toi que je tente de faire pousser un framboisier sur mon balcon, on verra ce que ça donnera ;)
    Bisouuus

  • Quand je pense que maintenant tu as un vrai petit potager raisonné sur ton balcon.... chapeau !!! L'année prochaine je tente les haricots verts bien conduits bien attachés, et je mets en terre mon groseillier blanc et mon framboisier, soyons fou !! BiZouX

Écrire un commentaire

Optionnel