Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur le fil

Juste avant d'aller signer le contrat de loc' de mon appart-que-j'aime-et-que-j'adore-comme-de-l'or, j'ai découvert, sur la devanture d'un salon de coiffure, une drôle de pancarte expliquant par croquis comment allait s'installer le Fil Vert et invitant, lundi 30 septembre, tout volontaire à s'y impliquer. 

Comme il me fallait économiser la batterie du portable que je ne remercierais pas d'être entré dans ma vie, je n'ai pas pu prendre en photo les beaux dessins incitatifs, mais voici l'article officiel

Et, le lundi en question, je suis arrivée, hésitante, timide mais motivée, devant le salon de coiffure..... 


Le Fil Vert est un mouvement participatif, positif et solidaire à plusieurs objectifs : 

  • végétaliser le quartier de la Croix de Pierre (sur Rouen Rive Droite) de manière durable, harmonieuse et collective avec des grimpantes, des rampantes, des vivaces, des comestibles et des grasses à admirer, s'échanger, partager, goûter....
  • empêcher la destruction et/ou le vol des végétaux en place par des attaches solides et pérennes 
  • resserrer / créer des liens entre les habitants et les commerçants du quartier d'ambiance populaire 
  • faire évoluer cette volonté d'amélioration d'un quartier et de relations entre voisins

 

Inspirations : Les Incroyables Comestibles, la Guérilla Potagère, et l'AMAP qu'une des volontaires a implantée dans le quartier. D'ailleurs je vais m'y inscrire parce que perso je n'ai pas le big réflexe d'acheter du vegetable frais régulièrement, en grande partie parce que je les trouve dégueu et qu'à choisir, je préfère les cueillir chez moi sauf que là, c'est juste pas la saison !

 

MISE EN PLACE

Sitôt présentées, nous avons commencé d'installer des jardinières écolos fabriquées de leurs douces mais vigoureuses mains de chaque côté du salon MJ Coiffure (tenu par Marie-Jo), idem au n°6 bis, là où TOUT a commencé de la rue Edouard Adam.

Ensuite on y a attaché du grillage jusqu'au 1er étage pour que les lierres s'accrochent et pour limiter toute tentative de démantèlement. C'est l'hallu, les gens d'ici ne savent-ils pas piquer habilement et correctement ? ;-) Quelques tasseaux de bois ont été ajoutés pour que les mottes soient le plus en hauteur possible et que le remplissage ne nécessite pas de milliers de tonnes de terre et de billes d'argile. Et pour que la terre ne s'écoule pas par les raies des palettes transformées en jardinières lors d'arrosages ou de grands moments pluvieux, on a tapissé le fond et les parois d'un tissu géotextile.

Place à la terre et aux billes d'argile (non rincées, mais moi non plus je ne le fais jamais ... oups...), pas faciles à introduire vu l'étroitesse du bac, du coup on remonte le tissu géotextile et il redescend tranquillou, chargé de quoi alimenter et drainer les plantes à venir.

 

Pour le salon de coiffure, Marie-Jo a choisi des herbes de la Pampa (un peu risqué car invasives, elles ont besoin de beaucoup de place pour s'épanouir et seraient à l'évidence plus à l'aise en pleine terre), et en hauteur sur la gauche, dans l'encadrement de sa fenêtre, un lierre retombant ravissant. Pour le 6 bis, lierres déjà grands et plantes grasses illuminent le macadam, et à gauche, un retoucheur a également installé, le lendemain, une jardinière remplie de lierres qui s'accordent très joliment au mur rouge qui les accompagne.

 

Depuis quelques autres commerçants et habitants du quartier s'y sont mis, et perso j'ai peut-être convaincu la gérante du tabac près de chez moi, donc yapukà, dès le printemps !!!!

Les commentaires sont fermés.